Utilisation rationnelle des collyres a base des corticoides en ophtalmologie

Auteurs

  • Kanku Mbuyi Joseph

Mots-clés :

corticoïdes, glaucome cortisonique, cataracte

Résumé

Il existe deux principaux groupes des stéroïdes : les corticostéroïdes (glu corti corticoïdes et minéralo corticoïdes) et les gonado corticoïdes ; En ophtalmologie, la majorité des stéroïdes sont des glu corticoïdes. La première utilisation des corticostéroïdes en ophtalmologie était dans les années 1950 par Gordon et Mc Lean et a été un évènement marquant la révolution de la prise des maladies oculaires inflammatoires.

Dans notre corps, la production de corticoïdes est régulée par d’autres hormones d’origine cérébrale: L’ACTH, La CRH ces derniers stimulent sa production face à une baisse de la concentration ; en retour, les corticoïdes freinent la sécrétion d’ACTH et de CRH pour ne pas excéder certains seuils.

La prise sur une longue période de corticoïdes va donc provoquer la mise au repos de la sécrétion d’ACTH et de CRH et, par conséquent celle des corticoïdes naturels, un traitement au long court est donc toujours arrêté de manière progressive pour laisser le temps à l’organisme de reprendre le contrôle.

Les voies d’administrations des corticoïdes en ophtalmologie sont : systémique, topique, injection intra vitréenne et à libération prolongée, c’est ainsi que nous passerons en revue les indications et les effets secondaires des corticoïdes administrés en ophtalmologie.

Les corticostéroïdes sont d'une importance vitale dans le traitement de plusieurs affections inflammatoires ou auto-immunes. Bien que le traitement soit associé à des effets secondaires, notamment un glaucome cortisonique, des cataractes, une mauvaise cicatrisation des plaies et des infections en progression, ces effets peuvent être atténués par une surveillance attentive. Les non-ophtalmologistes devraient fortement envisager de référer tout patient sous stéroïdes systémiques et topiques prolongés à un spécialiste des soins oculaires pour le suivi du glaucome et de la cataracte. D’où la décision de prescrire des stéroïdes topiques demeure complexe et doit impliquer un ophtalmologiste.

Téléchargements

Les données relatives au téléchargement ne sont pas encore disponibles.

Publiée

02-09-2023

Comment citer

Kanku Mbuyi Joseph. (2023). Utilisation rationnelle des collyres a base des corticoides en ophtalmologie. Revue Africaine De Médecine Et De Santé Publique, 54–55. Consulté à l’adresse https://rams-journal.com/index.php/RAMS/article/view/205

Articles les plus lus par le même auteur ou la même autrice